AvenirSocial - Professionelle Soziale Arbeit Schweiz

Choisissez une section
Suisse
Argovie
Bâle Ville et Campagne
Berne
Fribourg
Genève
Grisons
Neuchâtel
Suisse orientale
Soleure
Vaud
Valais
Suisse centrale
Zürich

Campagne „Sans nous, pas de Suisse"

Les institutions sociales suisses et les migrant-e-s


Migrantes et migrants sont souvent accusés d’abuser de l’aide sociale en Suisse. Leur surreprésentation parmi les bénéficiaires des services sociaux accentue l’idée selon laquelle les migrants ne constituent qu’une charge pour l’Etat social suisse. Or, c’est du contraire qu’il s’agit:

Migrantes et migrants payent plus qu’ils ne reçoivent
Les migrantes et les migrants payent plus qu’ils ne reçoivent aux caisses de l’AVS et de l’AI : Ils représentent 26,7 % des recettes de l’AVS alors qu’ils ne touchent que 17,9% des prestations.
Seul 12 % des migrants touche une rente complète car nombre d’entre eux arrivent en Suisse après l’âge de 20 ans et n’atteignent donc jamais les années de travail nécessaires. Leurs rentes sont donc sensiblement plus faibles.
Parmi les ressortissants européens, seul un quart passe sa retraite en Suisse. Le retour dans leur pays d’origine implique la perte du droit aux prestations complémentaires et à l’aide sociale. De ce fait, cela soulage non seulement les caisses de l’aide sociale et du système de prestations complémentaires, mais également du système de santé suisse, puisque qu’un tiers des coûts de la santé vont à la personne dans les dernières années de sa vie.

La caisse de l’AI irait plus mal sans les migrants et migrantes
On prétend toujours que les migrants pèsent sur les primes de l’assurance invalidité. Au contraire, ils participent à 26,7 % des recettes de l’AI alors qu’ils ne bénéficient que de 25,6% des prestations. Les prestations aux migrants sont donc plus faibles que leur contribution. Il est important de signaler que les migrants sont souvent surreprésentés dans les branches qui présentent une proportion élevée de risques pour la santé. Cela signifie que le taux d’invalidité n’est pas dépendant de l‘origine mais plutôt de facteurs comme le sexe, la structure familiale, les connaissances des langues du pays et le statut social.

Migrantes et migrants n’apportent pas seulement une indispensable contribution à l’économie suisse, mais également à son Etat social.

AvenirSocial soutient la campagne d'Uni "Sans nous, pas de Suisse."