AvenirSocial - Professionelle Soziale Arbeit Schweiz

Choisissez une section
Suisse
Argovie
Bâle Ville et Campagne
Berne
Fribourg
Genève
Grisons
Neuchâtel
Suisse orientale
Soleure
Vaud
Valais
Suisse centrale
Zürich

Retour sur l'Assemblée des délégué-e-s d'AvenirSocial 2010

La cinquième Assemblée des délégué-e-s (AD) d’AvenirSocial a eu lieu le 25 juin dernier au Schmiedstube de Berne. Le riche programme a mené les délégué-e-s à des débats nourris, en particulier lorsqu’il s’est agi de l’adoption du nouveau code de déontologie. Markus Jasinski, qui a été réélu pour quatre nouvelles années à la présidence d’AvenirSocial, a reconnu dans la multiplicité des points traités à l’ordre du jour et des votations un gros engagement des membres dans une association professionnelle dynamique.

Bruno Keel, chef de la campagne „Pro charte sociale“ a ouvert pour la troisième année consécutive l’AD en faisant un compte rendu sur l’état actuel du travail autour de la ratification de la charte sociale européenne par la Suisse. Durant cette troisième année de campagne, on a réussi à remettre la charte sociale à l’agenda politique. Après l’adoption du postulat de la Conseillère aux Etats Anne Seydoux (PDC), le Conseil fédéral est maintenant chargé d’élaborer un rapport d’ici la fin de l’année sur le thème de la charte sociale. Grâce cette campagne, AvenirSocial a réussi à se profiler sur le thème des droits humains et sensibiliser un public plus large à ces questions.

Adoption du nouveau code de déontologie

Le plus important point à l’ordre du jour de l’AD 2010 a été l’adoption du nouveau code de déontologie. Après la fusion dans AvenirSocial, les codes des associations fusionnantes avaient été rassemblés en 2006 sous le nom d’AvenirSocial. Il avait déjà été décidé alors que le code de déontologie devrait être révisé pour être adapté à la réalité et aux connaissances actuelles. Un travail de près de trois ans, mené par divers expert-e-s a conduit à un nouveau code de déontologie, lequel a été maintenant adopté le 25 juin à l’AD.
Après une large mise en consultation d’un premier projet auprès de la pratique, le nouveau code de déontologie (sous la direction de Beat Schmocker, membre du comité) a été retravaillé. Le comité suisse l’a ensuite adopté en mars 2010 après d’intenses discussions. Des motions, les unes relevant de la forme et d’autre du contenu, déposées par les sections de Berne et Zurich ont conduit à de nouveaux débats lors de l’AD. La version définitive du code de déontologie a été adoptée par l’AD après quelques petites retouches formelles. Parmi les décision, on renonce à faire une synthèse du code comme cela avait été demandé. Par contre, des mémos à l’attention de groupes cibles particuliers (par exemple les usagers) pourront être élaborés. Il a également été décidé que le code de déontologie, sous forme de brochure, soit mis gratuitement à disposition des membres et des sections. Pour les non-membres par contre, la brochure sera payante ainsi que la version qui sera mise en ligne. Le comité suisse est convaincu que ce code de déontologie offre un argumentaire qui répond aux exigences actuelles aidant les professionnel-le-s à fonder éthiquement leur pratique et décisions quotidiennes.

Ateliers du futur 2011: positionnement stratégique d’AvenirSocial

Le président, Markus Jasinski, a exposé quelques idées sur le terme de société civile, de modèle de société civile et sur les implications stratégiques pour une association professionnelle comme AvenirSocial. Il a formulé les thèses suivantes:
  • La focalisation classique du marché, de l’Etat et des syndicats/partis rétrécit les perspectives futures. L’engagement envers un travail social et ses possibles effets sont par là limités.
  • Les organisations de la société civile seront dans les années à venir plus influentes au niveau politique, social, culturel et économique et leurs structures renforcées.
  • Le positionnement d’AvenirSocial devrait en priorité aller vers la construction d’un réseau dans les organisations de la société civile.

Le comité suisse a lancé avec ces quelques idées un débat sur la stratégie au sein de l’association. C’est avec cette base qu’il a proposé qu’aient lieu au matin de l’AD 2011 des ateliers du futur sur les orientations stratégiques de notre association professionnelle. Des débats autours de ces questions pourront déjà être lancés dans divers groupes de travail afin qu’un échange fructueux puisse avoir lieu lors de cette matinée.
Rapport sur l’adhésion d’AvenirSocial à l’Union syndicale suisse (USS)
Véréna Keller, membre du comité suisse a présenté le rapport d’évaluation de l’adhésion d’AvenirSocial à l’USS. Ce rapport a été adopté. La section Suisse centrale avait lors de la dernière AD chargé le comité suisse de montrer dans un rapport de quelle manière on collabore avec l’USS et de rendre compte des expériences de cette adhésion et de ces avantages et inconvénients. La section Suisse centrale avait par là demandé de voir si elle avait la possibilité de se délier de son adhésion à l’Union syndicale lucernoise.
Afin d’atteindre ses buts statutaires, AvenirSocial coopère avec diverses organisations (associations de branches, associations professionnelles, associations patronales, syndicats mais aussi des associations qui sont actives dans l’action sociale comme Caritas, l’EPER, Pro Senectute, etc.). Il peut alors s’agir de coopérations ponctuelles ou durables. AvenirSocial est depuis sa fondation en 2005 membre de l’USS. A l’époque, AvenirSocial avait repris tous les contrats des associations fusionnantes dont celui de l’adhésion à l’USS par l’ASPAS. Cela répondait à des buts généraux et permettait à l’association professionnelle d’avoir plus d’influence aux niveaux national et cantonal. AvenirSocial est une petite association dans la grosse USS (laquelle réunit environ 380'000 personnes). Pourtant notre association représente un secteur important et a droit à des délégations dans divers comités et commissions de l’USS. La sphère d’influence de l’USS répond en ce sens à l’esprit d’AvenirSocial, là où notre petite association n’a pas les ressources nécessaires, l’USS peut représenter nos intérêts. Les positions d’AvenirSocial et de l’USS sont très proches l’une de l’autre. Les deux associations s’engagent pour des valeurs comme la justice sociale et les droits humains tout en se préoccupant des conditions de travail de leur membres. La section Suisse centrale est la seule section d’AvenirSocial qui réponde aux statuts de l’USS, à savoir d’être membre d’une Union syndicale cantonale. Une solution a été proposée à cette section pour que ses cotisations à l’Union syndicale locale ne grève pas son budget: elle peut rester membre sans coût. Ceux-ci seront assurés par la centrale de l’USS.

Elements interactifs sur le site web d’AvenirSocial

Le site web d’AvenirSocial sert de plateforme d’informations, avant tout pour les membres mais aussi pour les politiques, les médias et autres organisations. La section Berne avait en 2009 demandé lors de l’AD que soit mis en place un blog. Le comité suisse a fait une contre-proposition laquelle consistait à élaborer un concept global comprenant des éléments interactifs. Ce concept, lequel a été présenté par Darius Portmann, a été adopté et sera maintenant mis en œuvre en automne 2010. L’intégration d’éléments interactifs sera réalisé en même temps que sera fait un toilettage du site web. On en profitera pour faire une liaison entre notre la base de données des membres et Internet. Un forum permettra aux membres d’échanger des informations. Les non-membres n’auront là aucun accès. Tous les membres et abonné-e-s auront la possibilité de réagir à des articles d’ActualitéSociale, à des prises de position, à toute documentation issue de l’association, aux communiqués de presse, etc. Chaque membre aura aussi la possibilité de mettre son profil de compétences dans un espace réservé aux membres. Ainsi, l’échange et la diffusion d’articles dans notre site web facilitera les liens avec la communauté du travail social.

Markus Jasinski a été réélu, et entrée de Thomas Michel au comité

Le président et les membres du comité suisse qui étaient arrivés en fin de période de législature ont éré réélus pour les quatre prochaines années. Markus Jasinski a donc été réélu à l’unanimité ainsi que Sabina Hochuli, Beat Schmocker et Ruth Steiner, Véréna Keller n’ayant pas a être réélue. Sur la proposition de la section d’Argovie, Thomas Michel a été nouvellement élu au comité. Ce dernier est assistant social HES et a été durant 12 ans membre du comité de la section d’Argovie.

Autres affaires associatives

Les délégué-e-s ont adoptés lors de cette assemblée d’autres affaires statutaires:
  • La motion du comité suisse concernant la modification du règlement d’admission a été adoptée. Ainsi, les membres qui ne paierons pas leur cotisation après un an (contre deux aujourd’hui) se verront exclus de l’association et mentionnés comme démission extraordinaire.
  • Lié au projet Renforcement des régions, une autre affaire statutaire a fait l’objet d’une révision. Les sections participant au projet verront une nouvelle clef de répartition de leur cotisation. Les sections qui feront appel au secrétariat suisse pour leur fournir des prestations verront leur quote-part réduite en fonction des prestations fournies. Il n’y aura pas de changements pour les sections qui ne font pas appel à cette prestation.
  • Une motion des sections Genève, Vaud et Neuchâtel pour une réduction des cotisations de membres a été rejetée. Le comité suisse a rappelé que les cotisations actuelles correspondaient à un compromis historique minimal. Il s’agit également de ne pas faire de pression sur les prestations actuelles de l’association, lesquelles sont dépendantes des cotisations. Une discussion à ce propos devrait par contre avoir lieu en 2013, lorsque nous pourrons évaluer les effets des actuelles mesures de marketing.
  • Le rapport annuel et les comptes 2009 ont été adoptés. Il y a avait à la fin de l’année une somme de CHF 18'478.- encore ouverte, laquelle correspondait en bonne partie à des cotisations de membres non encore entrées. La fortune de l’association a également baissé du fait d’un déficit de CHF 20'472.-. La baisse du nombre d’abonnements à SozialAktuell a également laissé quelques traces dans les comptes par la baisse des entrées financières sur ce poste ainsi qu’un recul du nombre de publications vendues (code de déontologie) et l’annulation d’un colloque.
  • Le budget 2011 qui part d’un déficit de CHF 8700.- a été adopté. L’objectif de trouver de nouvelles sources de financement a été mentionné.