AvenirSocial - Professionelle Soziale Arbeit Schweiz

Choisissez une section
Suisse
Argovie
Bâle Ville et Campagne
Berne
Fribourg
Genève
Grisons
Neuchâtel
Suisse orientale
Soleure
Vaud
Valais
Suisse centrale
Zürich

AvenirSocial s'est positionnée contre des propositions de modifications dans les semestres de motivation

Informé par la presse de propositions faites par le Secrétariat d'état à l'économie (seco) de modifications dans le domaine des semestres de motivation, AvenirSocial a pris position contre ces modifications en écrivant à Mme Leuthard, Cheffe du Département de l'économie.

Ces modifications ont été soumises aux cantons durant les deux dernières semaines d'août. Globalement, ces changements visaient à rendre les semo moins attrayants pour les jeunes afin de les inciter à trouver par eux-mêmes un apprentissage. La première de ces mesures consistait à diminuer le montant de la contribution preçue par les participant-e-s des semo de CHF 450.- à CHF 225.-. La deuxième mesure était une recommandation qui visait à bloquer les admissions au au sein des semo jusqu'au mois d'octobre, pour les jeunes ayant terminé leur scolarité avant l'été.

Notre position faisait part de nos inquiétudes à propos des modifications proposées. En effet, nous avons relevé – nous appuyant sur les résultats de la statistique de l’aide sociale pour l’ensemble de la¡Suisse¡publiés par l'OFS le¡15 mai dernier – la difficulté pour les jeunes à intégrer le marché du travail, à plus forte raison pour les jeunes qui ont eu une scolarité difficile. Les semo étant une mesure de transition visant à donner plus de chances à ces jeunes pour trouver une solution professionnelle, ces mesures nous ont paru contre-productives et plutôt entravantes par rapport aux missions même des semo.

Au regard d'une réaction des milieux intéressés, notamment de l'Union syndicale suisse (USS) et l'Association des organisateurs de mesures du marché du travail (AOMAS) , le seco a retiré ses propositions et lancé un groupe de travail qui doit se pencher sur les «¡solutions transitoires proposées aux jeunes sortant de la scolarité obligatoire par la formation professionnelle et l’assurance-chômage (AC) afin "de mieux coordonner ces mesures, de réduire le chômage des jeunes et de faciliter l’accès des jeunes à la formation professionnelle." (Voir communiqué du 5 septembre 2006)